À toi étudiant ou futur étudiant, laisse-moi te parler de Frédérique.

J’ai eu l’idée de t’écrire cet article à la suite d’une conversation avec Frédérique. Je lui disais à quel point ce fut difficile lors de ma première année. Ce que je ressentais par rapport à elle et ma perception du moment.  Je lui ai dit le nombre de fois où j’avais eu envie de tout laisser tomber. (ici, noter que les mots utilisés ne sont pas tout à fait les mêmes). Une chance que ma thérapeute m’ait soutenue et motivé à continuer.

Quelle fut ma surprise quand Frédérique m’a expliqué son point de vue à elle !!
Rien à voir avec ce que je ressentais. Qu’elle comprenait très bien ma période difficile et qu’elle gardait un œil sur moi en permanence.

J’ai envie de te partager la perception que j’avais eu de Frédérique durant mon parcours. Ce partage a pour but de te montrer que si tu trouves sa difficile… c’est normal. Ta perception sera biaisée pour un temps, mais accroche-toi ça vaut vraiment le coup.

Le 30 janvier 2020, je suis enthousiaste et fébrile. Je passe mon entrevue pour être acceptée à L’Institut de Formation en Zoothérapie Appliquée (IFZA)

Avec une vue imprenable sur le fleuve, je discute avec cette femme. Dès les premiers mots, on ressent son vécu et ses connaissances. WOW !!  je veux être acceptée, se serait génial d’apprendre à ses côtés. J’ai les mains moites et je réponds à toutes ses questions. Et BAM! le verdict tombe, je suis acceptée. Mon cœur se gonfle, ma joie est indescriptible et le sentiment de toucher à mon but est à son maximum.

Le 29 février 2020, mon premier cours a lieu. On se rencontre tous au Centre Saint-Michel. Je fais la connaissance du groupe et mon sentiment de joie n’est que plus intense.

Le 13 mars 2020, voilà qu’un TSUNAMI nommé COVID-19 s’abat sur la planète entière. Ma vie bascule complètement et il ne reste qu’une épave déserte et trop endommagée pour la reconstruire. Mais je continue à m’accrocher à la formation, car c’est l’espoir, mon nouvel avenir.

Nous continuons notre formation par visioconférence. On entre dans le vif du sujet : Notre propre fonctionnement psychique, nos mécanismes de défenses et d’où tout cela vient.
Ouf !!  Le plancher se dérobe sous mes pieds, revisiter ma vie en retirant mes lunettes roses ça fait mal, j’aurais besoin d’être réconfortée.

J’ai constamment l’impression que Frédérique me rentre dedans, qu’elle me cherche. Le nombre de fois où j’ai dit : « je lâche tout, je n’aime pas ça ». Le nombre de fois où ma thérapeute a dû me recadrer et m’aider à aller jusqu’au bout, je te dis pas.

Ben laisse-moi te dire une chose : pour la prof de psycho, son travail est de nous accompagner et non de nous prendre en charge. On doit apprendre à se responsabiliser et non se victimiser. C’est dur je le sais, mais continue tu seras fière de toi.

Le séjour intensif arrive, je sais pas si j’en ai envie, mais je dois y aller.
Quelle surprise !! C’est là que j’ai commencé à comprendre l’importance de valider nos perceptions pour ne pas se construire sur de fausses impressions.  A ce moment-là, j’ai vu qui est Frédérique. Pas la prof, pas la directrice, mais la femme. Celle qui correspondait à ma première impression ENFIN !!!!!

Aujourd’hui, Je suis en deuxième année :  la matière est très intéressante, les profs sont géniaux. Mon évolution personnelle continue. D’apprendre sur les différentes clientèles me remplit de bonheur et d’idées (et pour ceux qui me connaissent vous savez que moi des idées, c’est sans arrêt!).

La relation avec Fred est passée à un autre niveau. Mon plus beau cadeau, c’est d’en rire avec elle et de prendre conscience de l’importance du travail accompli sur moi. C’est de constater que de se responsabiliser nous rend plus forts et que je n’ai aucun regret.

C’est avec Amour et bienveillance que je regarde mon parcours …Et c’est avec tendresse que je ris en repensant à ma première année!

Isabelle Tousignant