chien travail 3

Les chiens de travail

Les chiens de travail

La zoothérapie est un métier qui a comme prétexte l’utilisation d’un animal pour faire de la thérapie, d’où  le nom zoothérapie ou thérapie assistée de l’animal. Pour faire de la zoothérapie,  nous devons  avoir un client, un animal ET  un thérapeute (zoothérapeute);  l’animal doit être formé et le thérapeute doit connaître son animal et les capacités de travail de ce dernier. Le chien est le compagnon de zoothérapie le plus commun. Mais, car il y a un mais, est-ce que tout chien peut être partenaire de zoothérapie?   Par exemple, est-ce qu’un chien de zoothérapie peut être un chien à qui on peut demander de  combler le travail d’un chien  pour les non-voyant?   C’est certain que non et ce sans hésitation,  la formation n’étant pas la même pour chacun des chiens. Mais est-ce qu’un chien formé pour un non voyant peut faire de la zoothérapie à proprement parlée? Ah, là, on se pose la question…

À chacun son travail

À mon humble avis, non. Ce dernier est formé pour guider l’humain, non pour soutenir  le zoothérapeute. Le chien d’assistance pour les non-voyant n’a aucune idée du travail à faire avec un thérapeute, il est formé à  ne pas aller voir les gens pendant son travail, n’a pas le droit d’être un chien à  proprement dit durant tout le temps qu’il porte son harnais de travail ; il est là  pour guider, un point c’est tout,  et ce,  par chance  parce qu’ un chien pour non voyant qui veut jouer à la balle ou qui  va vers  des mains et désire  se faire flatter, ne serait pas très utile pour le non voyant.  Ce type de chien  connait son travail et le fait à  merveille!  Il est donc ici  évident que chacun a  son travail et sa formation.

Ainsi donc, on peut constater qu’un chien de travail ne peut travailler seul.  Le chien pour non voyant travaille avec son non voyant, le chien de zoothérapie travaille avec une clientèle et un thérapeute, le chien pour les traumatisés est jumelé à  son humain. Il est important de noter qu’ils sont formés pour un travail précis avec des gens précis, et ne sont donc pas «l’animal qui nous fait du bien la maison ».  Souvent, même trop souvent,  j’entends les gens me dire qu’Ils ont un animal de zoothérapie à la maison et que c’est génial.  Au risque de me répéter, un animal de zoothérapie doit absolument faire équipe avec son thérapeute pour être un animal de zoothérapie, sinon c’est un animal domestique qui profite de tous les privilèges de la maison et qui donne en retour sans compter.

Et encore plus

La liste des chiens de travail s’est allongée depuis…  Il y a aussi les chiens pour personnes atteintes d’autisme, pour les gens ayant subi des post-traumatismes, les chiens d’assistance pour des victimes… et je peux continuer à en nommer encore. La nouvelle question qui peut se poser est qui peut faire quoi ? Et là,  je ne parle pas ici de quel organisme fait quoi mais bien de quel animal peut faire quoi.  Parlons ici seulement des chiens de travail…  On peut constater qu’ils sont maintenant utilisés à toutes les sauces, et que chaque organisme utilise sa méthode. Je ne suis pas là pour critiquer, loin de là mon idée, mais faire réfléchir tout un chacun sur le fait que personne n’a la science infuse et que personne ne peut faire de tout.

Mon expérience

J’ai, personnellement,  tout d’abord été invitée à accompagner  une victime pour une déposition avec ma caniche standard. L’enquêteure a vraiment aimé le principe et m’a posé beaucoup de questions sur ma façon de fonctionner et sur la possibilité de travailler ensemble, car le centre de police ne veut pas investir pour un chien à  temps plein mais plutôt de façon occasionnelle afin de pouvoir à  certains moments pouvoir bénéficier d’une aide animalière, ce qui serait plus qu’apprécié. Dans son cas, elle aimait particulièrement le fait que l’animal n’était pas seul avec eux.

Je suis, par la suite, allée en cour de justice avec mon chien de zoothérapie, un Doberman, où nous nous sommes retrouvés  une victime, une travailleuse sociale, une avocate, une responsable du C.A.V.A.C. et moi, la zoothérapeute. Mon chien a assisté la victime et la victime a été entourée d’intervenants adéquats.  Mon Doberman, est-il pour autant maintenant un chien d’assistance?? Non,  il est toujours un chien de zoothérapie, car il est présent avec sa thérapeute. Par contre,  il a fait un travail exceptionnel.

Il est donc important de prendre en considération chacun pour ce qu’il est, de  ne pas diminuer l’autre, de bien s’informer à savoir quel  type de travail l’animal fait,  et surtout pour quel type de travail il est formé. Aucun organisme ne peut tout connaitre, de là l’importance de travailler ensemble pour avoir en priorité l’aider aux gens, c’est là qu’est le vrai travail. Mon travail, à moi, est d’être le lien entre le client, le thérapeute et le chien, et ce quelques soient les circonstances. Je suis pour l’essor des animaux et du bien-être de l’humain , mais ce sans vouloir prendre toute la place et tous les droits.  Je vous invite donc fortement à  penser au bien-être de chacun des partenaires de l’équation et de ne surtout pas oublier que chacun a sa place.

Le chien de travail a sa place et il doit être bien entouré pour connaitre son travail. L’animal de travail est aussi important que le client avec qui il travaille qu’il s’appelle chien pour non-voyant, chien pour contrer l’autisme, chien d’assistance…. Il doit être FORMÉ  et non juste avoir une appellation afin de pouvoir être utilisé à  n’importe quelle sauce.

Humblement,

Isabelle Bouthillette
Zoothérapeute pour  Les Amis de Delphine
et enseignante pour l’IFZA

Partagez cet article